VIH en Afrique : une étude insiste sur l’importance de respecter les droits de l’Homme

Femmes, jeunes, travailleurs du sexe, détenus et consommateurs de drogue par injection sont les catégories les plus touchées par l’épidémie de VIH/sida en Afrique, selon une étude de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP) diffusée samedi et qui insiste sur l’importance de respecter les droits de l’Homme dans la lutte contre ce fléau sanitaire.

Dans la première étude du genre pour cet organe de l’Union africaine (UA) créé en 1987, ses auteurs relèvent que la prévalence du VIH chez les prostituées en Afrique subsaharienne est d’environ 26%. “Les travailleuses du sexe font face à des niveaux exceptionnellement élevés de stigmatisation, de discrimination, de violences, d’extorsion, d’abus sexuels et de viol de la part de clients, de partenaires intimes et de membres des forces de l’ordre”, peut-on lire.

L’étude souligne que le fait qu’une majorité de pays africains pénalisent le secteur du sexe tarifé à l’aide de pratiques judiciaires telles que l’arrestation et la détention arbitraires basées sur la seule possession d’un préservatif “empêche les travailleurs du sexe d’avoir accès aux préservatifs et les expose au risque d’une infection au VIH”.

Si cette étude se focalise sur les problèmes et les violations des droits de l’Homme en matière de VIH, elle note néanmoins des points positifs et des initiatives prometteuses au niveau national et régional qui font face à ce problème.

A ce titre, le CADHP constate que plusieurs pays africains ont adopté des lois et des mesures de politique publique pour combattre la discrimination liée au VIH. Ils sont ainsi 35 pays du continent à avoir adopté de telles lois pour protéger les personnes infectées d’une telle discrimination. “En dépit de certaines lacunes, ces lois interdisent la discrimination en matière d’emploi, de logement, d’éducation et de santé”, se félicite la commission.

Cette étude du CADHP constitue la première analyse complète des progrès et des défis sur le terrain des droits de l’Homme face au VIH en Afrique. Elle appelle les Etats membres de l’UA, la société civile et d’autres acteurs à lancer de nouvelles actions pour considérer cette question des droits de l’Homme comme centrale si l’on veut mettre fin à l’épidémie.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 183
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :