Il veut allonger son pénis, l’opération tourne au fiasco

« Le médecin s’est comporté comme un boucher », estime Me Victor Zagury, l’avocat de Sébastien.

Le jeune homme a porté plainte au civil et au pénal contre un chirurgien parisien, après deux opérations qui ont mal tourné.

C’est un drame intime aux conséquences lourdes. Courant 2013, Sébastien, alors âgé de 24 ans, consulte le Dr S., un célèbre chirurgien plasticien parisien. Complexé par la taille de son sexe, ce commercial souhaite une intervention pour allonger sa verge. La date de l’opération est fixée au 25 novembre 2013. Une seconde opération de retouche se déroule six mois plus tard, en juin 2014.

Les deux interventions ne sont pas totalement satisfaisantes en raison de l’apparition d’un effet couronne, c’est-à-dire un rétrécissement de la base du pénis. Le médecin propose alors à son patient de lui injecter de l’acide hyaluronique (une molécule très utilisée en chirurgie esthétique) au niveau de la verge. Une intervention réalisée le 9 février 2015 à titre gracieux mais qui va se révéler être un fiasco.

Un médicament contre-indiqué

Les conséquences sont désastreuses pour Sébastien qui ne peut désormais plus avoir de relation sexuelle. Après avoir intenté une action au civil -toujours en cours-, le jeune homme vient de porter plainte au pénal contre le médecin, notamment pour risques causés à autrui, tromperie et blessures involontaires.

À l’appui de sa plainte, Sébastien reproche notamment à son praticien de lui avoir injecté, à son insu, du Macrolane, un médicament à base d’acide hyaluronique pourtant contre-indiqué pour un tel usage. La notice du produit est explicite : « Ne pas utiliser dans les organes génitaux masculins ou féminins ou à proximité. Des cas de dysfonctionnement érectile ont été rapportés après traitement du pénis ».

Des précautions qui n’émeuvent manifestement guère le Dr S. « Il n’y a pas de contre-indication à utiliser ce produit au niveau de la verge et je le fais régulièrement », se targue-t-il dans un courrier adressé en octobre 2015 à son patient.

« Imprudence »

Sollicité dans le cadre de la procédure civile, le médecin expert désigné (…)

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 234
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :