USA : Steven tue sa fille, Katie, et le bébé qu’il a eu avec elle avant de se suicider

Steven Padl a également emporté dans sa folie destructrice le père adoptif de Katie.

“Il m’a dit… Oh mon dieu… Il m’a dit qu’il avait tué le bébé et qu’il était dans la maison…”. Lorsque l’opérateur des urgences reçoit l’appel de détresse de cette femme, mercredi soir, en Caroline du Nord (USA), il est déjà trop tard. Le petit Bennett, 7 mois, est passé de vie à trépas.

Le destin de ce bébé aurait pu inspirer une tragédie grecque. Bennett est en effet le fruit d’une relation adultérine et… incestueuse consentie. Petit flash-back de vingt ans en arrière.

 

Steven Padl, 22 ans et son épouse Marylin (*), 17 ans, se retrouvent parents sans l’avoir vraiment voulu.

Ils sont jeunes, trop jeunes à leur goût, pour gâcher leurs plus belles années avec un nourrisson. Eux qui peinent déjà à joindre les deux bouts. Décision est prise de placer leur fille, Katie, dans une famille d’accueil qui l’adopte.

Père et fille, réunis autour de leur petit Bennett (©Facebook)

Les années passent. Katie est désormais une jeune fille de 18 ans en quête de ses racines. Adepte des réseaux sociaux, elle finit par retrouver son père biologique en 2016.

Steven Padl est alors âgé de 43 ans. Le couple qu’il forme avec Marylin bat de l’aile. Et l’impensable survient : père et fille s’éprennent l’un de l’autre. En mai 2017, Marylin découvre dans le journal intime de Katie qu’elle attend un enfant de son père. Elle obtient le divorce.

Plus rien désormais ne force l’improbable couple à se cacher. Steven et Katie convolent, l’été dernier, avant que le petit Bennett ne voie le jour en septembre.

Lorsque les urgences ont été prévenues, il était déjà trop tard (©Illustration Shutterstock)

Pourtant, sept mois plus tard, le conte de fée que Katie s’est créé dans son esprit perturbé s’effondre comme un château de cartes. Elle annonce son intention à son père de le quitter. Le destin du petit Bennett est dès lors scellé, on l’a vu.

Mercredi soir, après avoir prévenu sa mère au téléphone de l’infanticide, Steven Padl a roulé jusqu’à New Milford (Connecticut). Là, il a froidement abattu Katie, ainsi que le père adoptif qui avait veillé sur elle jusqu’à sa majorité. Puis le triple meurtrier a poussé jusqu’à l’Etat de New-York avant de se loger une balle dans la tête.

En remplaçant l’arme à feu par un poignard ou le poison, l’immense Sophocle aurait pu relater cette tragédie. Avec le brio qui lui fit remporter vingt fois le prix du concours dramatique à Athènes, il y a 2.500 ans…

 

Source; Lenouveaudetective.com

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 254
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :