Berlin : le tueur conservait le cadavre de sa victime dans un congélateur pour toucher sa pension de retraite

Josef S., un brocanteur de 56 ans, était jugé ces jours-ci à Berlin pour un meurtre qui a choqué toute l’Allemagne : celui d’un retraité dont il a détourné les pensions mensuelles pendant plus de 10 ans !

Selon les enquêteurs, le meurtre de Heinz N. remonte à 2006. Cette année-là, dans son appartement de la Hosemannstrasse à Berlin, ce retraité de 77 ans est abattu d’une balle dans la tête. Son assassin présumé est une personne qu’il connait bien : c’est un voisin, un brocanteur accroc au jeu, un certain Josef S…

Après avoir démembré sa victime à la scie sur les lieux de son crime, il emballe les morceaux et les range dans le congélateur. Le cadavre de Heinz restera ainsi “au frais ” pendant plus de dix ans sans que personne ne s’en rende compte. Vraiment personne ? Pas tout à fait…

Dès le mois de décembre 2006, un autre voisin appelle la police pour faire part de son inquiétude. “Les volets sont toujours fermés, je ne vois jamais de lumière allumée, il faudrait aller voir”, leur dit-il à l’époque. Mais les agents de la police berlinoise l’envoient gentiment balader. Apparemment, ils ont d’autres chats à fouetter.

Il faudra finalement attendre plus d’une décennie pour que la porte du retraité soit enfin forcée. Entre temps, des minuteries avaient été installées chez lui pour que la lumière ou la télé s’allume de temps à autre. Une façon de simuler un semblant de vie dans cet appartement.

Après avoir retrouvé les restes de Heinz dans son congélateur, les enquêteurs observent ensuite les étranges allers-et-venus de Josef dans l’immeuble. Ils se rendent compte, notamment, que celui-ci possède la clef de la boite aux lettres du retraité assassiné. Une perquisition est menée à son domicile. On découvre alors que Josef conservait méticuleusement le courrier administratif de la victime. Dans un seul but : détourner à son profit ses pensions de retraite !

En l’espace de dix ans, plus de 385 000 euros ont ainsi été perçus indument par l’accusé. Devant le tribunal de Berlin, Josef S. n’a jamais cessé de clamer son innocence. Peine perdue : il a été condamné ce mercredi à la prison à perpétuité.

Source; https://www.lenouveaudetective.com

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 254
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :