Le Real Madrid en finale après son match nul (2-2) contre le Bayern Munich

LIGUE DES CHAMPIONS – Le Real a souffert, le Real a plié, mais le Real a tenu. Le double champion d’Europe s’est qualifié pour la finale de la C1 en dépit de son match nul à Santiago-Bernabeu mardi (2-2). Karim Benzema a inscrit les deux buts des Merengue, même si le héros de la soirée se nomme probablement Keylor Navas. Le Real attend désormais son adversaire, Liverpool ou l’AS Rome.

Ce Real n’est pas impérial, mais il est encore en course. Bousculés par un Bayern Munich auteur d’une entame canon, les Merengue ont obtenu un match nul synonyme de qualification, ce mardi en demi-finale retour de la Ligue des champions à Bernabeu (2-2). Karim Benzema, auteur d’un doublé, a été l’une des clés de ce bon résultat. Vainqueurs à l’aller (1-2), les doubles tenants du titre auront l’occasion de remporter une troisième coupe aux grandes oreilles consécutive, la treizième de l’histoire de la Casa Blanca, le 26 mai prochain à Kiev.

Pas de round d’observation

Pour la troisième fois de suite cette saison en C1, le Real Madrid a concédé l’ouverture du score, et ce dès la 3e minute. Joshua Kimmich, déjà premier buteur lors du match aller à Munich, a profité d’une intervention ratée de Sergio Ramos pour conclure une action initiée par une passe tranchante de Franck Ribéry (0-1, 3e). Mais le Real ne s’est pas laissé le temps de douter.

Moins de dix minutes plus tard, les hommes de Zinedine Zidane ont recollé au score, à l’issue d’une séquence de possession de 28 passes à l’épilogue parfait : appel/contre-appel et but de la tête de Benzema, sur un centre millimétré de Marcelo (1-1, 11e). Malgré un bon décalage de Cristiano Ronaldo pour le latéral gauche brésilien (28e) et une grosse occasion pour James Rodriguez (38e), il y avait encore 1-1 dans les arrêts de jeu de la première période, quand Marcelo a contré un centre de la main dans sa surface. L’action, litigieuse, n’a pas donné lieu à un penalty. Ce soir encore, c’est au Real que tout a souri.

L’incroyable boulette d’Ulreich

Le deuxième acte a mis encore moins de temps à se décanter que le premier. Dès la 46e minute, sur une passe en retrait un peu courte de Corentin Tolisso, Sven Ulreich a eu un moment d’égarement coupable. Le portier munichois a hésité à prendre le ballon à la main avant de rater son dégagement et de permettre à Karim Benzema de faire fructifier son bon pressing en marquant dans le but vide (2-1, 46e).

Ce coup de massue aurait pu assommer le Bayern. Il n’en a rien été. Les Bavarois ont continué d’y croire. Le but de James Rodriguez, en deux temps (2-2, 63e), les a rapprochés de l’exploit. Ils l’ont tutoyé à plusieurs reprises dans la dernière demi-heure, butant à plusieurs reprises sur un Keylor Navas auteur de parades de grande classe (74e face à Tolisso, 79e sur une tête de Müller). Il fallait bien cela pour le Real Madrid, qui se qualifie pour la finale avec une bonne dose de réussite, mais une incontestable force de l’habitude.

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 183
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :