Mali : 17 civils tués à la frontière avec le Niger

BAMAKO, 3 mai 2018 — Dix-sept civils ont été tués mardi dans deux villages maliens proches de la frontière avec le Niger, ont annoncé mercredi dans un communiqué deux groupes armés du nord du Mali, le Groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés (Gatia) et le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA).

Les deux groupes ne donnent aucune indication sur les circonstances de cette tuerie, ni sur leurs auteurs.

Ils avaient accusé des djihadistes d’avoir tué, les 26 et 27 avril, au moins 43 personnes de la communauté Idaksahak dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger.

Dans leur communiqué, ils ont appelé les organisations des droits de l’Homme ainsi que toutes les autorités compétentes à “diligenter une enquête” pour situer les responsabilités de “ces massacres de civils”.

Les deux groupes, qui sont soupçonnés d’exécution sommaire de civils par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et par des défenseurs des droits de l’Homme, ont assuré qu’ils n’ont participé qu’à “des combats menés contre des terroristes armés et non des civils sans défense”.

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 183
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :