Russie 2018: Le Brésil domine la Serbie (2-0) et se qualifie pour les 8es avec la Suisse

COUPE DU MONDE 2018 – Pas de mauvaise surprise pour le Brésil. Les Auriverde ont dominé sans trop trembler la Serbie (2-0) à Moscou mercredi. Les coéquipiers de Thiago Silva, buteur, terminent en tête du groupe E devant la Suisse. Ils affronteront le Mexique en huitièmes de finale.

Il n’y aura pas deux favoris au tapis. Si l’Allemagne est passée à la trappe, le Brésil a su tenir son rang. Il sera bien présent au rendez-vous des huitièmes de finale grâce à sa victoire sur la Serbie (2-0) qui lui permet de terminer à la première place du groupe E. Sans être transcendante, la Seleçao a concrétisé sa supériorité sur une formation serbe globalement décevante avec des buts de Paulinho (36e) et Thiago Silva (68e). Elle retrouvera le Mexique lundi à Samara (16h) pour une place en quart de finale.

Les Mexicains savent déjà d’où viendra le danger. Si ce Brésil tarde à se montrer enthousiasmant, il a toujours du talent. Celui de Neymar, évidemment, mais aussi de Philippe Coutinho. Les deux hommes ont été à l’origine ou à la conclusion de toutes les occasions brésiliennes (25e, 29e, 45e+2, 57e, 83e, 86e). Et surtout des deux buts auriverde. Coutinho avec un caviar parfaitement exploité par Paulinho (1-0, 36e) et Neymar avec un corner déposé sur la tête de son coéquipier parisien Thiago Silva (2-0, 68e).

Mitrovic rate le coche

Le but du capitaine du PSG est quand même bien tombé pour l’équipe de Tite. Car elle subissait, enfin, la pression d’une Serbie beaucoup trop timorée et maladroite en première période. Mais il a toujours manqué quelque chose aux hommes de Mladen Krstajic pour faire mal à ce Brésil. Une absence de réalisme incarnée par Aleksandar Mitrovic par exemple. L’avant-centre serbe a manqué deux occasions en or d’égaliser avec une première reprise de la tête repoussée par Thiago Silva (61e), puis une deuxième dans les gants d’Alisson (68e).

Thiago Silva, Sergej Milinkovic-Savic, Serbia-Brasile, Getty Images

Thiago Silva, Sergej Milinkovic-Savic, Serbia-Brasile, Getty ImagesGetty Images

Le temps fort de la Serbie s’est arrêté là. Il n’aura finalement duré que vingt minutes à l’entame de la seconde période. C’était trop peu pour prétendre à un meilleur résultat. Si ce Brésil ne semble pas encore tourner à plein régime, il est quand même très solide depuis le début du tournoi. Et l’élimination de l’Allemagne l’installe encore un peu plus dans le costume du favori. Il lui faudra confirmer ce statut face au Mexique. Peut-être sans Marcelo, sorti sur blessure dès le début de la rencontre (9e). Mais avec ce talent qui l’autorise aux plus grandes ambitions.

 

Source: Eurosport

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 237
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :