Niger : première centrale solaire pour l’indépendance énergétique

Le Niger, l’un des pays les plus ensoleillés de la Terre, semble résolument tourné vers le solaire pour assurer son indépendance énergétique avec l’inauguration de sa première centrale solaire samedi dernier à Malbaza (centre-est du pays) et à en juger l’engagement politique de ses plus hautes autorités à promouvoir et à valoriser cette énergie renouvelable.

Avec l’intégration de sa nouvelle centrale solaire au réseau de la Société nigérienne d’Electricité (Nigelec), le pays inaugure ainsi l’introduction dans son mix énergétique de la production solaire, et lance le démarrage à la fois du développement de centrales solaires dans le pays et le déploiement de l’accès des populations rurales à l’électricité solaire, a fait savoir la ministre nigérienne de l’Energie, Mme Amina Moumouni.

Le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, a déclaré à cette même occasion que son pays rentre ainsi de plein pied dans la modernisation économique, “notre indépendance énergétique n’est plus un rêve”, s’est-il réjoui, soulignant que cette première expérience allait être poursuivie avec l’assistance des partenaires du Niger.

A la centrale solaire de Malbaza d’une puissance de 7 mégawatts qui va fournir de l’énergie à plus de 30 000 foyers répartis dans trois départements de la région de Tahoua, vient s’ajouter le projet d’électrification de 50 autres localités déjà démarré par le système solaire grâce à la coopération indienne.

En outre, la ministre de l’Energie a annoncé la réalisation en cours d’une centrale hybride de 19 mégawatts à Agadez (Nord) et d’une autre centrale photovoltaïque de 20 mg à Goroubanda près de Niamey dont les travaux vont démarrer en 2019, financée par l’Agence française de Développement (AFD) et l’Union européenne (UE) totalisant plus de 60 millions d’euros (plus de 40 milliards de FCFA).

“L’objectif est d’avoir plus de 100 mégawatts dans notre mix énergétique, d’ici 2021, faisant du Niger l’un des pionniers des pays de la sous-région en matière d’énergie solaire”, a précisé le premier responsable de la Nigelec, M. Alhassan Halid.

Ceci traduit, pour la ministre de l’Energie, l’engagement des premiers responsables du pays à valoriser ainsi le soleil comme une alternative pour fournir aux Nigériens de l’électricité dans des conditions fiables et à un prix abordable dans le respect de l’environnement, et assurer l’indépendance énergétique au Niger.

En effet, malgré les importantes potentialités énergétiques du pays (uranium, charbon minéral, énergie solaire et hydroélectricité avec le fleuve Niger), le taux d’accès à l’électricité y était de 12,22% en 2017, avec une forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur, selon les statistiques officielles.

Toute la production nationale comprenant les achats auprès de la Société nigérienne de Charbon (Sonichar) et l’énergie produite dans les centrales de la Nigelec ainsi que la contribution de la centrale diesel Goroubanda depuis 2017, était estimée, en 2017 à 364 gigawatts en production nationale, pour une consommation nationale qui grimpe à 1244 gigawatts, disait en novembre dernier devant les parlementaires, Mme Amina Moumouni.

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 183
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :