Culture : Bmg Yari, le retour du guerrier bariba avec “Nati Boy”

Installé depuis plus de 6 ans à Bruxelles en Belgique et nous ayant habitué à un rap engagé qui ne manque pas pour autant de qualité artistique, BMG Yari fait un retour sur la scène avec un nouvel album NATI BOY. Comme à son habitude, l’artiste à travers cet album dépeint la triste réalité de l’Afrique, continent au sous-sol riche mais dont les populations peinent à vivre décemment. Les thèmes abordés traitent de la corruption, de la mauvaise gouvernance en Afrique, de la passivité de la société civile face à cette situation morose, de la crise migratoire, de l’ingérence des anciennes puissances coloniales dans les affaires de certains états africains mais aussi de messages d’espoir et de réveil de la jeunesse africaine. Ce nouvel album Nati Boy (2019) produit par J-K BEATZ & YMPÄKT WEAR est une suite logique de l’itinéraire du natif de Natitingou. Cet opus, un mélange de rap et de sonorités traditionnelles vient consacrer Bmg yari comme l’un des artistes les plus prisés de sa génération au Bénin.

 

ElitesPress : Présentez-vous à nos lecteurs

BMG Yari: Je suis Aristide Yari, un artiste béninois résidant en Belgique.

ElitesPress : L’appellation artiste vous convient-elle ?

BMG Yari : Rires, ça dépend du contexte…Chacun a son avis sur la question.

ElitesPress : Racontez nous en quelques lignes votre parcours artistique

BMG Yari  : Bah, j’ai démarré à Nati avec deux potes, Gérard et Aimé, ensemble on a lancé le mouvement à Nati dans les années 90, après j’ai atterri à Ctn où tout a réellement commencé avec CDF et Taka Crew par la suite. Un parcours riche en émotions et en combats.

ElitesPress : Du Bénin en Belgique où vous vivez aujourd’hui, que s’est-il passé pour ce long silence?

BMG Yari : Durant ce silence, je me suis consacré plus à mes études que j’ai repris, ma famille et mon boulot.

ElitesPress : « Nati Boy » est votre nouvel album, Pourquoi « Nati Boy » ?

BMG Yari : Nati,c’est le diminutif, de Natitingou, la ville où j’ai grandi, Nati parce que c’est ma ville de cœur, c’est mon paradis sur terre.

ElitesPress : Parlez nous de cet album et de son contenu.

BMG Yari : C’est un projet Co-produit avec J-K BEATZ et ma structure de Streetwear YMPÄKT WEAR , j’ai eu la chance de rencontrer Jhon qui a été disponible pour ce projet et en dépit de la distance nous avons pu contre vents et marrées réaliser ce projet.

ElitesPress : Quel est votre ou vos coups de cœur parmi les 14 titres ?

BMG Yari : Franchement tous les titres, nous les avons travaillé avec la même ferveur.

ElitesPress : Qu’est-ce qui est le plus gratifiant dans votre pratique de la musique ?

BMG Yari : Les rencontres, les mélanges et la possibilité de transmettre ma culture aux autres communautés.

ElitesPress : Quel est votre rêve d’artiste ?

BMG Yari : Que mes chansons soient « écoutables » des années après.

ElitesPress : Quelle reconnaissance attendez-vous ?

BMG Yari : Franchement aucune, j’essaie au maximum de faire une musique qui me ressemble, si des personnes peuvent se retrouvez à travers elle, c’est déjà suffisant, je ne vise ni les objets sociaux, ni une quelconque popularité.

ElitesPress : Pensez-vous que les musiciens ont un rôle social au Bénin ? Si oui, lequel ?

BMG Yari : Le musicien doit être le vecteur, le médiateur entre le peuple et les politiques, il doit être le garant de la transmission de la culture, si certains se retrouvent dans cela, c’est qu’ils ont un rôle social

ElitesPress : Vu que vous êtes attaché à vos origines, comment voyez-vous l’avenir de la musique au Bénin ?

BMG Yari : Je pense que la culture va toujours perdurer, il y aura toujours des artistes pour la vulgarisation de ce patrimoine. Je reste confiant que les artistes comprendront ce rôle et vont toujours proposer des sonorités de notre terroir. Sans identité, on n’est rien.

ElitesPress : Quels sont vos projets à court moyen et long terme ?

BMG Yari : Faire la promo de ce projet, Travailler dur et les choses se mettront en place naturellement.

BMG Yari : Merci à ElitesPress pour ce moment. Merci pour ce que vous faites pour la culture

Histoire et parcours d’artiste

Jeune artiste, fort de son art et conscient d’être un novateur de la musique moderne béninoise, BMG Yari travaille depuis sa jeunesse avec détermination et optimisme.Sa musique à la fois ouverte aux courants extérieurs et bien enracinée dans des clichés béninois, vient apporter une bouffée d’air frais à la musique béninoise… La passion pour la musique pour BMG YARI est un héritage familial. En effet il est issu d’une famille maternelle composé de griots, son oncle (Imran) a été un des artistes les plus influents du Bénin.
Bmg yari séduit le public en 2002 dès la sortie de l’album Oya avec son groupe d’alors CDF (Constat des faits). Son second album (Bienvenue au bénin) en 2005 et le premier solo de sa carrière confirme tout le bien qu’on pensait de lui. Pratiquant avec un art consommé la musique rap d’origine traditionnelle, celui qu’on appelle au Bénin le Guerrier Bariba en hommage à Bio Guerra, un guerrier qui combattit farouchement la colonisation, s’impose dans de nombreux concerts nationaux.

Bmg Yari a fait les premières parties de Kiri kanta, d’Alpha Blondy, … Son penchant pour la musique rap d’origine traditionnelle lui vaut la bénédiction de musiciens béninois parmi les plus influents, toutes tendances confondues. Devenu une des icônes du rap local, et avec un CV fait de cinq albums (Deux solos, deux opus avec CDF et Projet Class, et une compil avec le Taka), BMG Yari est une des constantes de la scène depuis plus d’une décennie.

ElitesPress

  • 58
  •  
  •  
  •  
  •  
    58
    Partages
  • 254
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :