Football: Ils vont enflammer la saison, 1er de notre Top 50 : Griezmann, attraction catalane et tricolore

TOP 50 – Avant le coup d’envoi des hostilités, la rédaction d’Eurosport a dressé son Top 50 des acteurs du football qui vont faire parler d’eux dans cette saison 2019-2020. Avec, en ligne de mire, un Euro 2020 qui promet. Dernier volet ce vendredi avec un Top 10 dévoilé heure par heure. 1er de notre classement, Antoine Griezmann qui va devoir relever un double défi avec le Barça et les Bleus.

10e : Leonardo

Le plus beau mercato du PSG cet été, c’est évidemment lui. Après une énième déception sportive en Ligue des champions et une fin de saison chaotique où le conflit Tuchel-Henrique a pris le dessus, le champion de France se devait de réagir. Alors, Nasser Al-Khelaifi a tranché et s’est tourné vers une valeur sûre qu’il connaît parfaitement. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures paraît-il.

En quelques semaines, le Brésilien a repris la main. Sans forcément signer des coups mercato XXL, comme dans le passé, mais en faisant comprendre que, désormais, il y a bien un pilote dans l’avion PSG. Sa gestion du cas Neymar, sans concession particulière vis-à-vis de sa star, laisse déjà apparaître qu’il sera l’homme fort d’un club qui a longtemps souffert de son départ en 2013. Six ans plus tard, le revoilà. L’histoire entre QSI et Paris semble à un tournant décisif. Et c’est à l’habile Leonardo que revient le volant.

9e : Virgil van Dijk

Tout a été dit ou presque sur l’homme qui n’a plus été dribblé sous le maillot de Liverpool depuis le 3 mars 2018. Le Néerlandais a transfiguré les Reds et largement justifié son statut de défenseur le plus cher du monde, arraché à Southampton pour 84 millions d’euros en janvier 2018. Depuis, Virgil s’est mué en vigile le plus efficace de la planète football. Il sort d’une saison énorme, conclue en apothéose par le sixième sacre européen du club de la Mersey. Une décompression est-elle à craindre ? Rien n’est moins sûr.

Modèle de professionnalisme, le colosse de Breda sera une nouvelle fois le patron défensif du vainqueur de la Ligue des champions. Ses prestations seront plus scrutées que jamais mais l’attente qui l’entoure n’est pas du genre à l’effrayer. Défenseur vedette, comme l’atteste sa présence sur la couverture d’une version du jeu vidéo FIFA 20, Van Dijk pourrait encore changer de dimension dans cet exercice 2019-2020. Et pour cause, il a l’étiquette du favori dans la course au Ballon d’Or, un trophée qui lui offrirait un nouveau statut, celui de monument du football. Qu’il décroche ou non la timbale, il restera le référent défensif de l’une des meilleures équipes du monde.

8e : Zinédine Zidane

Ne cherchez pas plus loin : l’entraîneur le plus exposé de la saison est Français. Il est même détenteur de trois Ligues des champions. Mais un passé glorieux, si récent soit-il, ne garantit jamais un avenir radieux. Après son premier passage sur le banc du Real Madrid, Zinédine Zidane a décidé de replonger, de remettre les mains dans le cambouis pour réanimer une Casa Blanca qui a perdu son âme la saison passée. Pour quoi faire ? C’est toute la question tant les coups à prendre sont nombreux et ont déjà commencé à pleuvoir ces derniers jours entre dissensions sur le cas Bale ou humiliation en préparation face à l’Atlético (7-3).

Son mercato XXL lui a permis de façonner ce Real 2.0 selon ses standards. Le voilà finalement face à son plus grand défi de sa jeune carrière de coach : prouver aux derniers sceptiques qu’il a tous les attributs des plus grands techniciens actuels. Que ses succès passés ne dépendaient pas uniquement du talent de Cristiano Ronaldo et ses petits copains. Que ses choix ont clairement pesé dans la destinée madrilène trois années de suite. Qu’il est bien fait, en somme, d’un bois différent que les autres. Et qu’avec lui, tout se transforme bien en or.

7e : Didier Deschamps

Membre d’un cercle fermé, celui des trois hommes à avoir gagné la Coupe du monde comme joueur et comme sélectionneur, Didier Deschamps pourrait devenir unique à l’issue de la saison : en cas de sacre des Bleus à Wembley, il deviendrait le premier à remporter l’Euro comme joueur et entraîneur.

Avant cela, il devra déjà valider le billet de l’équipe de France pour le rendez-vous organisé aux quatre coins du Vieux Continent. Cela ne fait guère de doute quand on connaît les qualités managériales du plus gros palmarès de l’histoire du football français et celles des joueurs qui composent son sacro-saint groupe, sur le toit du monde depuis cette campagne de Russie parfaitement menée.

67 millions de Français ont leur avis sur la question, un seul tranche : lui. A chaque liste, Didier Deschamps se saura épié, encore plus à l’approche du tournoi continental. Ainsi soit-il. Faire des choix gagnants, ça le connaît. Ce n’est pas pour rien qu’il dirigera son 100e match à la tête des Bleus, le 17 novembre prochain en Albanie. Centenaire avant de devenir définitivement éternel ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

6e : Lionel Messi

Le talent fait ce qu’il peut, le génie fait ce qu’il veut. Lionel Messi va donc, sauf blessure sérieuse, encore faire trembler les filets une cinquantaine de fois toutes compétitions confondues cette saison, c’est garanti. Ajoutez-y une vingtaine de passes décisives et l’Argentin affolera de nouveau les compteurs avec l’équipe qui lui permet de donner la pleine mesure de son incomparable talent, le Barça. Loin des mésaventures à répétition vécues avec l’Albiceleste, la Pulga sera une nouvelle fois le fer de lance blaugrana.

Mais les chiffres ne font pas tout et les enjeux de la saison de Leo, 32 ans, sont nombreux : performer pour se rapprocher d’un sixième Ballon d’Or, composer avec un Antoine Griezmann qui va vouloir justifier son désir de manger à la même table que lui, aider le Barça à conserver une Liga érigée en objectif prioritaire par le meilleur ennemi madrilène et, surtout, ramener le champion d’Espagne au sommet du football européen. Sans oublier une énième Copa América qui conclura sa saison, à la maison qui plus est.

Pas toujours prophète en son pays, Messi disposera d’autant d’occasions de briller que d’échouer. Que la balance penche plus d’un côté ou de l’autre, les frissons seront au rendez-vous. Ça aussi, c’est garanti avec Messi.

5e : Cristiano Ronaldo

Le co-meilleur joueur du monde est un homme de défis. Cette saison n’en manquera pas pour le quintuple Ballon d’Or portugais. Un an après avoir rejoint la Juventus pour plus de 100 millions d’euros, Ronaldo est attendu pour porter une Vieille Dame new look sous la houlette de Maurizio Sarri. En Serie A déjà, où les Bianconeri chercheront à décrocher un neuvième titre d’affilée et CR7 à défendre son titre de meilleur joueur sortant.

Mais ce n’est pas tant en Championnat que les tifosi espèrent des exploits de leur star sinon en Ligue des champions, le véritable objectif de l’ambitieux club piémontais. Ronaldo adore la compétition européenne et l’a rappelé au Juventus Stadium avec un triplé mémorable contre l’Atlético Madrid en mars dernier. Reste que l’Ajax a stoppé la Juve et son joueur vedette dès les quarts. Il faudra faire mieux cette saison sous peine de voir les critiques fleurir concernant l’apport d’une légende vivante qui file inexorablement vers son 35e anniversaire.

Ronaldo vieillit, a moins marqué qu’à l’accoutumée pour sa première saison italienne (28 buts au total, son “pire” total depuis la saison 2008-2009), mais il reste un joueur aussi exceptionnel que redoutable. Nul doute que le natif de Funchal prendra également un malin plaisir à le rappeler lors du prochain Euro, que le Portugal abordera dans la peau du champion en titre.

4e : Neymar

Probablement la plus grande inconnue de la saison. Déjà, on ne sait pas encore où il va jouer. Neymar animera vraisemblablement la rubrique mercato jusqu’à son terme, comme il l’a fait depuis que sa volonté de quitter le PSG a été dévoilée. Si la perspective d’un départ reste peu probable, il ne faut jurer de rien avec le Brésilien, aussi imprévisible sur le terrain qu’en dehors.

Le terrain, justement. C’est bien là qu’on l’attend. Neymar n’est plus celui qui se détachait derrière Messi et Ronaldo comme le troisième meilleur joueur du monde. Son talent reste intact. Mais son incapacité à rester en bonne santé pour le montrer lors de ses deux premières saisons parisiennes l’a condamné à rentrer un peu dans le rang, pendant que son coéquipier Kylian Mbappé poursuivait son irrésistible ascension vers les sommets.

Neymar en est là. À la croisée des chemins entre les promesses d’une carrière hors du commun et la perspective de la voir finir en eau de boudin. À 27 ans, il n’a plus vraiment le droit à l’erreur. Qu’il reste au PSG ou qu’il le quitte, le Brésilien est à l’aube d’une saison où il n’appartiendra qu’à lui de se relancer. Reste à savoir ce qu’il va nous servir. Tout l’or qu’il a dans les pieds ou tout le plomb qu’il a dans la tête.

3e : Kylian Mbappé

Il réclame plus de responsabilités ? Il va être servi. Plus que jamais, Kylian Mbappé va être attendu au tournant cette saison. Avec le PSG, d’abord. Avec les Bleus ensuite. Car 2019-2020 doit être l’année qui fait tout basculer. Après la révélation en 2017, la confirmation en 2018 et la prise de pouvoir en 2019, le gamin de Bondy doit désormais apprendre à régner. De manière plus régulière et sur tous les terrains.

Il a mis la Ligue 1 à ses pieds la saison passée et, en l’absence d’Edinson Cavani et de Neymar, il ne s’est pas privé pour se signaler. Soignons clair : le projet du PSG, désormais, c’est lui. Mais sa prestation catastrophique face à Manchester United en 8e de finale retour de C1 combinée à des copies parfois indigestes en Bleu (remember la Turquie) et un jeu plus individualiste ont terni son image.

Pour redorer tout ça, de la couleur d’un ballon célèbre dont il rêve secrètement, il a une foule de défis face à lui. En Ligue 1 d’abord où il défendra son trophée de meilleur joueur/buteur avec ardeur. En C1 ensuite où il faudra qu’il retrouve sa magie monégasque pour porter le PSG bien plus loin qu’en 8es de finale. À l’Euro enfin où il sera une pièce maîtresse de Didier Deschamps pour aller conquérir le titre. En tant qu’attaquant de pointe ? C’est le sens de l’histoire. Avec Mbappé, elle s’écrit vite. Très vite même. Tellement qu’on ne sait toujours pas quelles sont ses limites. Et c’est presque tant mieux comme ça…

Kylian Mbappé et Didier Deschamps embrassent la Coupe du monde, le 9 septembre 2018 au Stade de France.

Kylian Mbappé et Didier Deschamps embrassent la Coupe du monde, le 9 septembre 2018 au Stade de France.Getty Images

2e : Hazard

C’est lui, la nouvelle star du Real Madrid. Et dire que la Maison Blanche l’attend comme l’homme providentiel relèverait de l’euphémisme. Malgré un grand Karim Benzema, l’attaque merengue a souffert comme jamais de l’absence d’un véritable leader depuis le départ de Cristiano Ronaldo. Le Belge a débarqué dans la capitale espagnole pour tenir ce rôle au sein du club le plus titré du monde. Et pour 100 millions d’euros. C’est peu de dire que les feux des projecteurs seront braqués sur lui.

Hazard était désiré par le Real. Et en particulier par Zidane. Mais il n’était pas la star la plus éclatante que ce Real toujours assoiffé de Galactiques pouvait aller chercher. Neymar et surtout Kylian Mbappé, dont le nom a été scandé par les aficionados madrilènes juste avant la présentation du Belge à Bernabeu, semblaient avoir davantage le profil pour succéder à Cristiano Ronaldo. Hazard n’a pas exactement l’aura des deux Parisiens. Mais c’est bien lui l’Élu de la Maison Blanche.

Et c’est exactement ce qu’il lui fallait. Même s’il est le leader incontestable d’une sélection belge qui ne manque pas de cadors, même s’il était peut-être la meilleure individualité dans une Premier League particulièrement dense, Hazard n’a jamais été vraiment considéré comme le joueur dominant qu’il était appelé à devenir au début de sa carrière. Dans le club le plus exposé du monde, avec le rôle le plus important de l’animation offensive de la Maison Blanche, le Belge arrivera-t-il à franchir ce pas ? C’est la grande question de la saison.

1er : Antoine Griezmann

Il a fini par se lasser à force de buter sur la dernière marche. En finale de Ligue des champions face au Real Madrid ou en Liga face au Barça. Alors, Antoine Griezmann a rejoint la Catalogne pour le défi le plus immense de sa fin de carrière : parvenir à se faire une place dans l’un des deux plus grands clubs du monde pour décrocher le trophée après lequel il court depuis des années, la Ligue des champions. Le défi est immense et passionnant. Parviendra-t-il à cohabiter avec Lionel Messi ? Son arrivée à Catalogne va-t-il enfin réinstaller le Barça sur le trône en Europe ? Et va-t-elle enfin lui permettre de s’inscrire définitivement parmi les meilleurs joueurs du monde ? Choyé à la Real Sociedad, porté aux nues à l’Atlético, héros en sélection, il a choisi de repartir de zéro cet été.

Le Français est à un tournant de sa carrière en club. En sélection, le champion du monde incarne mieux que quiconque les Bleus de Didier Deschamps. Il en sera encore le fer de lance l’été prochain. Et si les Bleus peuvent rêver d’un doublé qui les installerait parmi les meilleures sélections de l’histoire de ce jeu, ils devront compter sur leur patron. Le meilleur buteur de l’Euro 2016 a une revanche à prendre après avoir laissé les Portugais soulever le trophée au Stade de France. La saison de Griezmann ne manque décidément pas de défis. Il décidera d’une bonne partie du destin du grand Barça et des champions du monde. Il ne pouvait pas figurer ailleurs qu’à la première place de notre classement.

Source: Eurosport

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :