L’Afro-Américaine Toni Morrison, Nobel de littérature, est morte

La grande romancière Toni Morrison, seule auteure afro-américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature, est morte lundi soir à l’âge de 88 ans.

“Toni Morrison est décédée paisiblement la nuit dernière, entourée de sa famille et de ses amis”, a annoncé mardi sa famille dans un communiqué.

Le texte indique que l’écrivaine, également lauréate du prix Pulitzer, est décédée dans un hôpital new-yorkais à l’issue d’une courte maladie, sans préciser laquelle.

Descendante d’une famille d’esclaves, Mme Morrison est connue pour avoir donné une visibilité littéraire aux Noirs et s’être imposée comme un phare de la culture afro-américaine.

– Romancière, éditrice, librettiste… –

Cette brillante universitaire a écrit 11 romans sur une période couvrant six décennies, mais également des essais, des livres pour enfants, deux pièces de théâtre et même un livret d’opéra. Elle a aussi oeuvré comme critique littéraire et éditrice.

L’ex-président démocrate Barack Obama lui a rendu mardi un vibrant hommage, la qualifiant dans un tweet de “trésor national”.

“Son écriture représentait un superbe et profond défi à notre conscience et à notre imagination morale”, a écrit l’ancien président, qui avait décerné la prestigieuse médaille de la Liberté à la romancière lors d’une cérémonie à la Maison Blanche le 29 mai 2012.

Toni Morrison a exploré toute l’histoire des Noirs américains depuis leur mise en esclavage jusqu’à leur émancipation dans la société américaine actuelle.

AFP/Archives / Thomas COEX

“Ses récits et sa prose captivante ont laissé une empreinte indélébile sur notre culture”, a réagi Sonny Mehta, président de la maison d’édition Knopf, basée à New York et faisant partie du groupe Random House.

Auteure notamment des romans “L’Oeil le plus bleu” (1970), “Sula” (1973) et “Le Chant de Salomon” (1977), Toni Morrison a grandement élargi sa notoriété internationale avec “Beloved” (1987, prix Pulitzer 1988), qui effectue une plongée dans l’univers des Noirs américains au XIXe siècle.

– “Devoir d’écrire” –

Lauréate du prix Nobel de littérature en 1993, Toni Morrison était également une “mère, grand-mère et tante extrêmement dévouée, qui adorait être en compagnie de sa famille et de ses amis”, a rappelé le communiqué familial.

ElitesPress avec AFP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :