Football: L’antisèche : VAR, Dembélé, panique sur le Rocher… On a retrouvé notre L1 !

LIGUE 1 – Une pelouse en mauvais état, une décision controversée prise après l’intervention du VAR, une équipe de Monaco défaillante et une entame de championnat réussie pour des Lyonnais solides, efficaces et portés par un grand Moussa Dembélé : pas de doute, cette Ligue 1 que l’on connaît si bien est de retour. Notre antisèche.

Le jeu : C’était déjà compliqué à onze pour Monaco

L’expulsion de Cesc Fabregas a évidemment plombé Monaco. Mais l’ASM était déjà en grande difficulté dans la demi-heure qui a précédé ce fait de jeu. Un déficit technique et un manque de précision dans les passes particulièrement criants dans l’entrejeu, où l’Espagnol était justement le seul élément monégasque à élever un peu le niveau avant son expulsion. C’est devenu trop compliqué après sa sortie. Surtout avec les lacunes défensives de l’ASM. Les erreurs individuelles ont été parfaitement exploitées par des Lyonnais solides et efficaces à Louis-II.

Les joueurs : Dembélé n’a pas changé

On le sent à l’aube d’une grande saison et Moussa Dembélé n’a pas tardé à se signaler. Son but de la tête sur un corner, qu’il a lui-même obtenu, résume son impact sur l’attaque lyonnaise. Mais il n’était pas seul à Louis-II, où Bertrand Traoré, passeur décisif et dribbleur inspiré, et Memphis Depay, buteur, ont également brillé. Lucas Tousart, efficace dans la récupération et sobre dans la relance, a ponctué sa prestation aboutie par un but.

Moussa Dembélé célèbre son but, le premier de la saison 2019/2020 de Ligue 1, lors de Monaco-Lyon

Moussa Dembélé célèbre son but, le premier de la saison 2019/2020 de Ligue 1, lors de Monaco-LyonGetty Images

À Monaco, Kamil Glik, en retard au marquage sur l’ouverture du score, et Benjamin Lecomte, pas très net sur la frappe de Depay, ont commis des erreurs individuelles dont Monaco ne s’est pas remis. Mais celui qui incarne le mieux le naufrage monégasque, c’est Jemerson. Avec ses relances approximatives et son déchet technique, Monaco n’a jamais été en mesure de développer du jeu au milieu. À sa décharge, ce n’est pas le poste du défenseur brésilien.

La stat : 16

L’OL version Sylvinho a signé une victoire assez éclatante à Monaco. Il faudra attendre un peu avant de juger les grands changements apportés par le technicien brésilien. Mais il a déjà inscrit les Gones dans une continuité, celle de réussir leur reprise en championnat. L’OL n’a plus perdu un match d’une 1re journée de Ligue 1 depuis désormais 16 ans. Sur cette série, il totalise 13 victoires, dont celle acquise à Monaco, et 3 nuls. Les doutes nés de la préparation lyonnaise paraissent déjà lointains.

La décla : Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco, sur Fabregas)

” D’abord l’arbitre a bien analysé et pris la bonne décision. Ensuite, il a pris une autre decision. Bien sûr, ça change le match.”

La question : Pourquoi ce match de reprise nous laisse-t-il sur notre faim ?

Il y avait de quoi se leurrer. Parce qu’il y a toujours cette impatience à voir la Ligue 1 reprendre ses droits. Parce qu’en plus le hasard du calendrier nous a offert une affiche particulièrement alléchante entre un OL new-look et une équipe de Monaco en quête de rédemption comme premier rendez-vous de l’édition 2019-20. Cela a certainement généré trop d’attentes, même s’il est évident que les équipes sont encore en rodage à ce premier stade de la saison.

C’était forcément plus net du côté de Monaco que de celui de Lyon. Il faudra voir ce que cet OL est capable de produire sur la durée, mais l’entame est plutôt encourageante. Même si l’expulsion de Fabregas lui a facilité les choses. Pour l’ASM, c’est la suite du mercato qu’il faudra guetter. Car Jardim a dû bricoler d’entrée, avec un duo de récupérateurs composés de défenseurs qui a logiquement sombré face à l’entrejeu lyonnais. Le milieu était déjà le problème monégasque la saison passée. Si le tir n’est pas corrigé avec des renforts dans ce secteur, celle qui débute pourrait être encore bien longue sur le Rocher.

Il y avait une impression de déjà-vu pour cette reprise. Pas seulement pour le niveau affiché par Monaco. Aussi pour la qualité très moyenne de la pelouse du stade Louis-II qui s’est fatalement ressentie sur le niveau technique et le spectacle en général. Celui-ci a également souffert de l’expulsion de Fabregas, sur une décision prise après consultation du VAR qui n’allait pas forcément dans l’esprit du jeu. Là aussi, il y a une impression de déjà-vu. Elle a finalement laissé un arrière-goût sans saveur au festin attendu pour cette reprise. La suite sera peut-être plus enthousiasmante. Qui sait, la Ligue 1 finira peut-être par nous surprendre.

La détresse de Kamil Glik, la joie de Lucas Tousart
Source: Eurosport
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :