Football: Rennes s’installe tout en haut

LIGUE 1 – Une semaine après sa victoire face au Paris Saint-Germain, le Stade Rennais a enchaîné par un succès à Strasbourg (0-2), lors de la 3e journée. Les Bretons poursuivent leur sans faute et prennent provisoirement la tête de la Ligue 1.

Trois jours après son très bon résultat obtenu face à Francfort en barrage aller de la Ligue Europa (1-0), Strasbourg n’a pas su enchaîner en championnat. Sur leur pelouse, les Alsaciens ont subi l’excellente forme du Stade Rennais, qui signe un troisième succès de rang dans ce début d’exercice 2019/2020 (0-2). Mis sur orbite par un but de Clément Grenier et un autre signé M’Baye Niang, les hommes de Julien Stéphan ont également pu compter sur un Edouard Mendy déjà impérial dans sa cage. Pour son premier match avec Rennes, le gardien a stoppé un penalty, ce qui ne lui était encore jamais arrivé en Ligue 1.

Rennes reçu trois sur trois au mois d’août ? C’est une première depuis la saison 1950/1951 et, à vrai dire, personne ne l’aurait parié. Mais ce Rennes-là est capable de tout, y compris de battre le PSG chez lui ou encore de faire montre de solidité à l’extérieur. A la Meinau, les Bretons ont profité des changements opérés par Thierry Laurey, obligé de faire tourner à cause des échéances européennes qui criblent le calendrier de son équipe. Mais il fallait quand même répondre à un engagement physique élevé, parachevé par une chaleur étouffante en Alsace. A l’arrivée, les Rennais n’ont pas (trop) tremblé et c’est d’abord Clément Grenier, passé en mode avant-centre sur une transmission géniale de Benjamin Bourigeaud, qui a trompé Matz Sels (0-1, 16e).

Mendy, première réussie

Le succès de Rennes ne tient pas qu’au dépassement de fonction de son milieu de terrain. Le club, provisoirement seul leader de Ligue 1 avec neuf points au compteur, le doit aussi à un homme : son nouveau gardien. Arrivé cet été, Edouard Mendy a déjà répondu aux attentes placées en lui. Car il a dû sortir trois parades avant la pause pour que son équipe conserve la tête. Non content d’avoir écœuré Nuno Da Costa (20e) et Benjamin Corgnet (45e+1), il s’est surtout parfaitement détendu pour arrêter le penalty certes un peu mou de Jonas Martin, consécutif à un tacle de Jérémy Morel (40e).

Lors du second acte, Rennes a pu tranquillement passer en mode gestion après le deuxième but, œuvre de M’Baye Niang, auteur d’un plat du pied tout en délicatesse à la réception d’une passe en retrait d’Hamari Traoré (0-2, 54e). Imprécis à l’image de Lebo Mothiba, les Strasbourgeois n’avaient ensuite plus les jambes pour renverser la vapeur. Sevrés de victoire en Ligue 1 (deux nuls, une défaite), ils doivent surtout se projeter sur le barrage retour à Francfort, sans quoi les rêves européens s’envoleront avec cruauté et cette impression d’avoir beaucoup sacrifié pour rien.

Source: Eurosport

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :