Afrique: Les stars boycottent l’Afrique du Sud après les attaques xénophobes

Des stars africaines ont décidé de boycotter l’Afrique du Sud après des jours de pillages et de violences visant des étrangers qui ont fait cinq morts.Les chanteurs nigérians et l’équipe de football zambienne font partie de ceux qui ont été boycottés.Le ministre sud-africain du développement social a déclaré à la BBC que les émeutiers craignaient de perdre leur emploi au profit d’étrangers.Le pays est devenu un aimant pour les migrants d’autres régions d’Afrique. Son économie est l’une des plus grandes et des plus développées du continent.Qui a boycotté l’Afrique du Sud ?

La star de l’afrobeats nigériane Burna Boy a juré de ne plus jamais se rendre en Afrique du Sud avant que le gouvernement ne se “réveille”.Il a twitté qu’il avait lui-même eu ses propres ” expériences xénophobes aux mains des Sud-Africains ” en 2017.

Une autre chanteuse nigériane, Tiwa Savage, a annoncé sur Twitter qu’elle se retirait d’un concert qu’elle avait prévu de donner en Afrique du Sud en septembre, condamnant “le massacre barbare de mon peuple”.

*Je refuse d’assister au massacre barbare de mon peuple en Afrique du Sud. C’est MALADE. C’est pour cette raison que je ne me produirai PAS au prochain festival DSTV à Johannesburg le 21 septembre. Je prie avec toutes les victimes et les familles touchées par cette situation.Il n’est pas encore établi si des Nigérians sont morts dans la violence, mais la chanteuse a précisé plus tard que “mon peuple” pourrait être n’importe quel Africain.Le gouvernement nigérian a également boycotté la réunion du Forum économique mondial au Cap. Le vice-président Yemi Osinbajo devait initialement assister à la réunion régionale entre les chefs d’entreprise et les gouvernements.Et le pays a adressé un avertissement à ses citoyens, sur Twitter, via l’assistant du président nigérian Muhammadu Buhari.

#Xénophobie : Un avis aux voyageurs émis par le ministère des Affaires étrangères…. “en raison de la tension créée par les attaques, le Gouvernement nigérian a souhaité conseiller aux Nigérians d’éviter de se rendre dans des zones à haut risque et instables jusqu’à ce que la situation soit sous contrôle.”

La fédération zambienne de football a annulé un match amical international contre l’Afrique du Sud qui devait avoir lieu samedi à Lusaka, la capitale.”C’est à cause des problèmes de sécurité, on ne sait jamais ce qui peut arriver”, a déclaré Adrian Kashala, secrétaire général de la Football Association of Zambia, à l’agence de presse AFP. “Nous voulons être sûrs de la sécurité de l’équipe visiteuse “, a-t-il ajouté.

La colère à travers le continent

Les autorités, telles que la police et certains hommes politiques, hésitaient à qualifier ces dernières attaques de xénophobes. Ils ont plutôt parlé du pillage et de l’incendie d’entreprises comme d’actes criminels. Certains observateurs disent que c’est parce qu’ils sont gênés.Le président Cyril Ramaphosa, cependant, est venu condamner les attaques et a insisté sur le fait que “l’Afrique du Sud est la patrie de tous”. Ses commentaires n’ont pas aidé à apaiser la colère à travers le continent.Par la suite, des vidéos ont fait état d’attaques de représailles contre des entreprises sud-africaines dans toute l’Afrique.La police a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants en colère dans une succursale du supermarché sud-africain Shoprite à Abuja, la capitale nigériane. Pendant ce temps, la société sud-africaine de téléphonie mobile MTN a déclaré qu’elle fermait tous ses magasins au Nigeria après les attaques.

Pourquoi les boycotteurs sont-ils en colère ?

Ils sont en colère parce que des Sud-Africains attaquent d’autres Africains vivant dans le pays.Depuis lundi, des foules pillent des magasins et incendient des camions conduits par des étrangers dans différentes régions d’Afrique du Sud.La police a tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes pour tenter de mettre fin au pillage.La police dit que cinq personnes ont été tuées. On dit que deux des personnes tuées étaient sud-africaines et qu’une a été identifiée. Ils n’ont pas donné les nationalités des deux autres.Au moins 189 personnes ont été arrêtées.

Qu’est-ce qui a déclenché les émeutes ?

Certains disent qu’on reproche aux étrangers d’avoir pris des emplois, d’autres disent qu’ils auraient vendu de la drogue.Les attaques contre les magasins étrangers ont commencé le lendemain du jour où les camionneurs sud-africains ont entamé une grève nationale dimanche pour protester contre l’emploi de chauffeurs étrangers. Ils ont bloqué des routes et incendié des véhicules conduits par des étrangers, principalement dans le sud-ouest de la province du KwaZulu-Natal.Elle survient à un moment où le chômage est élevé et certains Sud-Africains reprochent aux étrangers d’avoir pris leur emploi.Le taux de chômage en Afrique du Sud est de près de 28%, le taux le plus élevé depuis l’introduction de l’enquête sur les forces de travail il y a 11 ans.

Le ministre du gouvernement responsable du développement des petites entreprises a déclaré à la BBC Newsday que les émeutiers “ont l’impression que d’autres Africains viennent dans le pays et qu’ils ont l’impression que ces Africains prennent nos emplois”.Lindiwe Zulu a déclaré que les problèmes étaient causés par la circulation des personnes à travers l’Afrique.”Nous sommes confrontés à un défi qui dépasse le cadre de l’Afrique du Sud en tant que pays. C’est un problème africain”, a-t-elle dit.Mais d’autres disent que le trafic de drogue imputé à des étrangers a déclenché ces émeutes.Un chauffeur de taxi aurait été abattu à Pretoria la semaine dernière alors qu’il affrontait des ressortissants étrangers soupçonnés de vendre de la drogue à des jeunes, rapporte le journal sud-africain News 24.

La violence contre les étrangers s’est-elle déjà produite auparavant ?

Oui.L’Afrique du Sud a connu sa pire flambée de violence contre les étrangers en 2008, avec plus de 60 morts.En 2015, les troubles dans les villes de Johannesburg et Durban ont coûté la vie à sept personnes lorsque des immigrants ont été pourchassés et attaqués par des gangs. Les attaques sont devenues si graves qu’un terrain de sport au sud de Durban est devenu un camp de réfugiés de fortune pour les Africains fuyant les pillards violents.Et puis, en mars de cette année, trois personnes sont mortes après qu’une centaine d’entre elles ont attaqué des petits magasins d’alimentation appartenant pour la plupart à des étrangers à Durban.

BBC Afrique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :