FOOTBALL: Les Reds cartonnent, le PSG frissonne : Le baromètre du début de saison des cadors

LIGUE DES CHAMPIONS – A l’heure de débuter la saison de C1, tour d’horizon des grands championnats pour savoir où en sont les favoris. Si certaines formations comme le champion d’Europe en titre Liverpool est déjà bouillant, tous les participants ne peuvent pas en dire autant.

Ils assurent

Liverpool

Les Reds ne s’arrêtent plus. Les hommes de Jürgen Klopp ont déjà signé un 5/5 en Premier League, et hormis le Community Shield d’avant-saison, ils n’ont plus perdu depuis… la demi-finale aller de la C1 la saison passée contre le FC Barcelone. Liverpool reste sur 14 victoires en championnat et surfe sur son sacre européen de la saison passée. Hormis la blessure de son dernier rempart Alisson, le tenant du titre pouvait difficilement espérer meilleure dynamique.

Borussia Dortmund

La troupe de Lucien Favre n’est peut-être pas en tête de Bundesliga, devancée par Leipzig, mais elle réalise un départ conforme à ses ambitions. Excepté la déconvenue chez le promu Union Berlin, le Borussia tourne déjà à plein régime avec des succès larges et 13 buts inscrits en quatre rencontres. Pour le BvB, qui a fait de la Bundesliga son objectif principal, la question réside surtout dans son implication dans cette Ligue des champions. Le premier test d’entrée face au Barça devrait donner des premières tendances.

Inter Milan

Trois matches, trois victoires, les débuts d’Antonio Conte avec l’Inter sont idylliques. Son recrutement pléthorique n’a pas perturbé la formation transalpine qui peut déjà s’appuyer sur un milieu de terrain très solide porté par l’épatant Stefano Sensi. La formation milanaise a eu la chance de tomber sur un calendrier clément pour se lancer. A elle de passer immédiatement un cap pour espérer franchir la phase de groupes. La profondeur de son effectif a de quoi lui en donner l’idée.

VIDÉO – Après l’Ajax la saison dernière, qui fera souffler un vent de folie sur la Ligue des champions ?05:42

Ils progressent

Tottenham

Les Spurs ont pas mal bougé cet été, ce qui peut expliquer un léger retard à l’allumage. Mais le finaliste de la saison passée semble en progrès malgré une infirmerie longtemps bien remplie. C’est d’ailleurs avec les mêmes hommes que l’an passé que Tottenham s’est repris de son faux pas contre Newcastle. C’est dans les vieux pots…

Bayern Munich

La maîtrise, c’est aussi ce qu’il manque depuis le début de saison au Bayern Munich. Les Bavarois montent en régime techniquement et ont retrouvé dans le 4-2-3-1 un schéma qu’ils connaissent bien et qui correspond à leur effectif. Il leur reste désormais à se montrer plus tueurs, comme ils auraient dû le faire en première période contre Leipzig samedi.

VIDÉO – Un choc mais pas de vainqueur : le résumé de Leipzig – Bayern01:19

Naples

Victoire 4-3, puis défaite 3-4, le Napoli avait décidé de lancer les feux d’artifice d’entrée. Cette promesse d’un grand spectacle laissait aussi poindre certaines failles dans l’escouade de Carlo Ancelotti. Le succès convaincant contre la Sampdoria (2-0) samedi offre déjà plus de garanties. Le tout alors que plusieurs cadres ont été laissés au repos en vue de la C1. Naples est sur la phase ascendante.

FC Barcelone

Avec seulement sept points en quatre matches, le Barça n’a pas évolué dans ses habituelles sphères. Mais avec des blessés à la pelle (Messi, Suarez, Dembélé) et l’intégration d’Antoine Griezmann à réaliser, la formation catalane n’a pas eu toutes les cartes en main pour démarrer pied au plancher. Cela ne l’a pas empêché de signer 5-2 lors de ses deux matches de Liga à domicile pour faire oublier le fiasco initial de Bilbao. Ce, sans compter que Suarez a repris par un doublé et que Lionel Messi a retrouvé l’entraînement.

VIDÉO – Mais pourquoi Messi est-il aussi froid avec Griezmann ?05:58

Chelsea

Interdits de recrutement l’été dernier, les Bleus savaient que cette saison 2019-2020 serait compliquée. La claque reçue lors de la première journée à Manchester United a fait craindre le pire à un groupe rajeuni. Ce petit tâtonnement a permis à Frank Lampard d’ajuster son onze titulaire et trouver une formule qui marche. Opération réussie et bien réussie (la succès 5-2 à Wolverhampton samedi en atteste), qui a notamment profité au jeune attaquant Tammy Abraham, auteur de cinq buts lors des deux dernières journées.

Ils patinent

PSG

Le champion de France fait un début de saison cahin-caha. Moyen dans le jeu et empêtré dans un mercato à rallonge entre le cas Neymar et l’arrivée tardive de Navas ou Icardi, le PSG s’est montré on ne peut plus poussif pour dominer Strasbourg samedi. Avec Neymar suspendu, Mbappé et Cavani blessés et un groupe en partie renouvelé qui doit trouver ses automatismes, Paris débute sa quête d’Europe dans le brouillard.

Real Madrid

Les Merengues sont toujours en phase de rodage. Le Real Madrid n’a pas trouvé tous les bons réglages depuis le début de saison. Contre Levante samedi, l’équipe de Zinédine Zidane a montré tous ses visages. Celle d’une équipe capable de faire feu offensivement avec un Karim Benzema déjà dans le rythme. Puis celle incapable de gérer ses temps faibles et de mettre le pied sur le ballon. Il lui faudra rapidement remédier à cela sous peine de toussoter au départ.

Manchester City

Hormis un nul contre Tottenham lors de la deuxième journée, le début de saison des champions d’Angleterre frisait le parfait. Il aura fallu le dernier match avant la reprise en C1 pour voir la bande de Pep Guardiola flancher, à la surprise générale à Norwich. Tout juste passables, les Citizens n’ont pas fait le plein de confiance. A eux de prouver contre Donetsk que cette défaite n’était qu’un léger accroc.

Manchester City manager Pep Guardiola at Carrow Road on September 14, 2019

Juventus Turin

La Juventus, deuxième, avec 7 points en trois matches parmi les équipes à la peine ? Oui, car si le bilan comptable n’a rien de déshonorant, la Vieille Dame est loin de flamber. Samedi à la FIorentina, elle a été dominée par une équipe florentine qui n’a pas hésité à l’agresser. Contre Naples, elle avait dilapidé trois buts d’avance avant de s’imposer dans le temps additionnel sur un but contre son camp de Koulibaly. Et sa victoire 0-1 à Parme lors de la première journée venait couronner une prestation moyenne. Maurizio Sarri a encore du pain sur la planche.

Atlético Madrid

Les Colchoneros avaient donné l’impression d’avoir repris leur saison comme ils vivaient les précédentes : avec une défense de fer et en se satisfaisant volontiers des victoires par un but d’écart. La victoire contre Eibar 3-2 après avoir été mené de deux buts aurait dû servir d’avertissement. Mais un premier revers net contre la Real Sociedad (2-0) samedi pose question, surtout que le onze était proche de celui qui pourrait être aligné contre la Juve mercredi.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 254
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :